Après la réunion du 16 septembre dernier, nous avons pu constater que définitivement, le ministère ne laisserait aucune place aux débats et à la concertation, toutes choses qui risqueraient de ralentir le processus de création.

Et nous devons prendre acte que nous ne disposons d'aucun espace pour défendre et débattre de nos propositions à l'intérieur du cadre qui nous est imposé actuellement.

Le ministère veut nous imposer un modèle d'interpro qui sera ingouvernable et très probablement inefficace
; nous pensons qu'il ne serait ni bon, ni utile pour la filière pro de laisser s'installer une telle association.


Cependant, la FFAP seule ne pourra empêcher la création de cette interprofession-là, pilotée par les pouvoirs publics.

Aujourd'hui, la balle est dans le camp tout à la fois des autres syndicats et des ADAs:

- les syndicats: accepteront-ils de se plier aux manœuvres ministérielles, en renonçant à leurs convictions? Nous allons les interpeler dans ce sens.

- les ADAs ont-elles ou vont-elles donner mandat au président d'ADA France pour les représenter?

Accepteront-elles qu'il revendique en leur nom un siège dans le collège producteur, c'est à dire un rôle politique (en lieu et place des syndicats)?
 

Début octobre trois ADAs importantes se sont prononcées contre le fait qu’ADA France les représentent au sein de cette interprofession.

 


La Fédération Française des Apiculteurs Professionnels tient à faire connaître ses positions concernant la constitution d'une interprofession apicole. Nos écrits portent à la fois sur le fond de cette interprofession, ses objectifs et ses projets, ainsi que sur la forme et la manière dont ce dossier est géré par le ministère.

Nous vous proposons donc trois documents:

Les propositions de la FFAP pour une interprofession apicole

Les commentaires de la FFAP sur le projet de statut-interpro proposé par le ministère

La proposition de statuts réalisée par l'administration